Le lundi au soleil, retour sur le 10e contre-conseil municipal


par : Bibliothécaires en lutte

Ce lundi 22 mai avait lieu le 10e contre-conseil municipal (presque un an de lutte !) contre l’austérité municipale et la fermeture des bibliothèques. Bloqué-e-s sur les escaliers de la mairie par des barrières et les flics depuis plusieurs conseils municipaux, nous avons décidé de joindre l’inconvénient sécuritaire à l’agréable. Quitte à griller au soleil, au temps en profiter...

Ainsi avons nous décidé d’ériger un bar-terrasse sur le Tiers-lieu ECO. Le tiers-lieu ECO (pour Eric et COrinne), situé sur le hall de l’Hôtel de ville est un pied de nez des bibliothécaires au minable projet de la Ville pour la bibliothèque Alliance. Nous annoncions dans notre appel :

Les bibliothécaires en lutte de Grenoble ont inauguré en février 2017 à l’Hôtel de Ville, le Tiers lieu ÉCO (Éric & COrinne), dans une ambiance festive et colorée ! Pied de nez au projet de la municipalité pour la bibliothèque Alliance, la mairie est devenue le lieu incontournable de la convivialité et de l’innovation !
Les réunions pour l’élaboration de cet événement dans notre ruche à projets en concertation et dans la co-construction, ont abouti à une nouvelle innovation : un bar-tiers-lieu participatif. Sous un soleil de printemps, rejoignez-nous et apportez un ver ? un vert ?? ... un verre ! pour boire un coup de rouge (Ah ah !) ou autre, on n’est pas sectaires, et discuter politique, austérité, bénévolat, participation piège à cons ! Comme la mairie, nous ouvrons ce tiers lieu sans moyen, avec des bouts de ficelle, vous êtes donc invité·e·s à apporter des lampions, une boisson ou des chips, ou à venir les mains vides, vous serez quand même les bienvenu ·e·s !
Ce dixième contre-conseil est l’occasion de soutenir les collectifs d’habitant·e·s opposé·e·s aux fermetures de bibliothèques, qui viendront défendre des projets de réouverture pour Prémol et Hauquelin et de maintien en l’état de l’Alliance.

Comme nous tenons nos promesses – contrairement à la municipalité – nous avons donc érigé un bar-terrasse : tables, chaises, luminaire, flonflon, verres à pied, à boire et à manger. Nous recouvrons les barrières de dessins que nous ont fait des illustrateurs en soutien, de pancartes aux slogans contre l’austérité et des livres scotchés.

On est environ une centaine de personnes, l’ambiance est bon enfant et contrairement au précèdent conseil municipal (où nous avions eu la police municipale et une vingtaine de casqués de la nationale) nous n’avons le droit qu’à la police municipale. A croire que les casqués de la police nationale ont eu le droit à un repos bien mérité après nous avoir matraqué et gazé samedi pour que le Front national puisse tenir son meeting pépère en centre-ville.

Durant deux heures et demi nous avons bavardé, siroté nos boissons, mangé, échangé avec la presse et écouté la combatucada. Des tracts ont circulé, un sur la situation du syndicat Sud-solidaires que la mairie veut virer de son local, un autre contre le concept marketing de troisième lieu (dit aussi tiers lieu) :

PDF - 58.4 ko

. Pendant que des enfants et des grands dessinaient à la craie sur les marches (« I love my library, I hate my mayor », « moins de tuiles, plus de livres », etc.) les syndicats et les bibliothécaires en lutte ont fait des interventions micro pour donner des informations sur le déroulé de la lutte. Après presque un an de combat, la municipalité continue de mépriser agents et syndicats, refusant toute phase de négociations, ne bougeant pas d’un iota sur leur politique que tout le monde s’accorde à trouver aberrante (ce soir-là, tous les groupes politiques sans exception ont condamné la fermeture des bibliothèques). S’ensuit une prise de parole d’un syndicaliste de Sud Solidaires sur la question de leur local, puis une autre personne intervient pour rappeler que se tient un rassemblement de soutien au camp Valmy, attaqué dans la nuit de samedi à dimanche par des fachos. Nous apprendrons un peu plus tard que le camp vient encore d’être visé : un cocktail molotov aurait été lancé d’une voiture mettant le feu à une poubelle ainsi qu’un véhicule.

Pendant ce temps, le collectif d’habitants contre la fermeture des bibliothèques intervenait au conseil municipal. Il défendait des projets de réouverture pour Prémol et Hauquelin et de maintien en l’état de l’Alliance dans le cadre du fumeux dispositif « d’interpellation et votation citoyenne », puisque le collectif a obtenu environ 4000 signatures pour sa pétition. Le collectif se donne un mois de réflexion pour savoir s’il s’engage ou non dans le dispositif de votation citoyenne. A signaler que les deux élus du groupe Ensemble à gauche (qui se sont fait virer de la majorité pour avoir refusé la fermeture des bibliothèques) ont distribué durant le conseil municipal les différents scénarios, envisagés par la majorité courant 2016, pour le sinistre « plan de sauvegarde » : la preuve que d’autres alternatives à la fermeture des bibliothèques étaient possibles. Vous pourrez lire ci-dessous le communiqué de presse de l’intersyndicale en lutte FO-CGT-SUD–CNT concernant le projet de réouverture des bibliothèques.

Vers 20h, alors que le soleil décline, le bistrot-Tiers lieu Le petit vert, fait de bric et de broc, qui n’a aucun avenir met la clef sous la porte.

Nous continuons notre lutte, d’autres actions sont en cours, suivez notre actualité sur la page FB des bibliothécaires de Grenoble en lutte (pas besoin de compte FB)

Bibliothécaires de Grenoble en lutte

PDF - 225.1 ko

Dans la même rubrique...


contact